Sito di Zappetta Gialla:  Sezione altre lingue.

Home page del sito   Sommario del sito   Scrivimi in privato

Il s'agit d'une des pages traduites en francais par le Collaborater du Site Massimo Salicchi. (Si tratta di una delle pag. trad. in francese dal collaboratore del Sito M. Salicchi).

 

                              

pubblicazione di Miniere d'Oro(2003) web.Tiscali.it/minieredoro (2004)www.minieredoro(2006 / 2026)

                                          

 

 

 

Sezioni principali di questo Sito:

Oro nel mondo

Miniere d'Italia

La Val d'Ayas

Il deposito di oro alluvionale italiano

Italia fiumi con oro

Imparare a cercarlo

Attrezzi necessari

Pulizia dei minerali

E' oro? e tipi di oro

Le Leggi sulla ricerca

I cercatori d'oro

Storia oro Italia

I minerali in genere

Club, gare e mostre

Pagina guida per ricerche scolastiche

I vostri racconti

Collaboratori e corrispondenti

 

 

 

 

GROUPE VOLTRI OR – SECTION RIVIERES : OVADESE, VAL GORZENTE, VAL D’ORBA ET LEURS TERRITOIRES.

(Si vous voulez voir ses mines il ya une section correspondante).

 

                                       Texte traduit par Massimo Salicchi

 

 

Brève introduction (qui est la même de la section mines de ce district aurifère); quand j'ai décidé d'approfondir les arguments concernant la zone d’ Ovada, j'ai réalisé que pour de simples questions de frontières provinciales et régionales aurait été forcé de diviser nombreuses gisements d'or qui ne sont pas géographiquement distants les uns des autres, ce qui aurait provoqué la dispersion des informations sur l'environnement. En raison de cela, je déduit que ces dépôts ont  une chose qui les unit et qui est que tous font partie de ce qui est géologiquement connu comme "Gruppo di Voltri". Ici, nous avons trouvé une raison de se rassembler, dans une seule section, Ovada, Val d'Orba, Val Gorzente et d'autres régions avoisinantes; n'a pas été inclus dans ce district aurifère, une grande partie du nord du Val d'Orba, mais compte tenu du fait que, historiquement, ont été faites des mines en symbiose avec ceux mentionnés ci-dessus, j'ai pris la liberté de mettre également dans le contexte cette région du Val d'Orba. En ce qui concerne les mines et les rivières aurifères du Gruppo de Voltri positionnés en Ligurie, ceux-ci sont décrits dans la section Ligurie, avec le reste qui est en concurrence.

 

Le fleuve Orba (carte dans la page orig.) se jette dans le fleuve Bormida après avoir parcouru environ 70 kilomètres  long de la vallée qui porte son nom et après avoir recueilli l'eau des vallées latérales. Si nous décidons de chercher l'or dans cette rivière, il est utile considérer que dans sa partie inférieure l’Orba est influencée par des dépôts d'or alluviaux contenues dans la terre environnante, mais à l'extrême nord, au-dessus de Silvano d'Orba, travers les zones touchées par des dépôts primaires qui sont donc constitués d'or "nativo" (natif ) et se développent aussi et surtout dans les vallées secondaires comme la Val Gorzente qui est probablement la région la plus riche de de ces lieux. Il est généralement or de très petites dimensions, mais il est possible que regardant dans les cours d'eau qui traversent les différentes vallées aurifères, nous pouvons également trouver une petite pépite. En principe, il n'est pas recommandé creuser en profondeur et il est préférable de se concentrer sur la première couche. Dans le dessin présenté ici (dans la page orig.), ont été signalés des nombreux cours d'eau les plus importants de ce grand et certainement intéressant district aurifère. Pour résumer, dans la section aval du fleuve Orba, il est plus facile trouver de l'or alluvionnaire, autrement dans la section plus au nord, vous pouvez trouver de l'or natif.

 

Quelques notes historiques. Le Marquis del Bosco en 1200 tenue tous les droits de l'or de la pêche en cette zone et les chercheurs devaient payer un impôt (voir bas de page); si nous revenons deux siècles jusqu'au début du millénaire, par la loi de l'époque, les chercheurs devaient donner tout l'or qu'ils pouvaient trouver à la "Chambre Dirigée de Pavie" (Camera Regia di Pavia, compétence en vertu de ce qui était la zone en question), où certains responsables évaluaient la valeur réelle de l'or pour puis retenir un pourcentage sur ce qu'il avait trouvé le chercheur.
Mais ceux-ci ne sont certainement pas le plus anciennes nouvelles qui sont venus à nous à ce jour: avec le bouton approprié montré ici (dans la page orig.) vous pouvez suivre tout le contexte aurifère historique de ce district, à partir de ses origines les plus éloignées qui ont été éprouvées au fil du temps pour arriver à aujourd'hui.

 

Vous pouvez constater que à Pedrosa (AL), rouè Lung'Orba n. 1, il y a un petit musée, c'est a dir le Musée Historique de l'Or Italien qui est mis en place par le Dr. Pipino (voir son site) qui s'est aimablement prêtés à me fournir, en plus de son expertise en matière, matériel varié et important sur le Groupe de Voltri et beaucoup d'autres mines et aussi informations instruits (sa bonté) qui se rapportent à l'ensemble de l'Italie.

 

NOTES HISTORIQUES DE DOCUMENTS ANCIENNES SUR LES MINES (voir le livre dans la page orig). C'est un document du 1212 qui témoigne d'un procès entre Ottone del Bosco et le monastère de Tiglieto, qui stipule que le Marquis a le droit de recueillir l'or dans la rivière Orba et, si les chercheurs ne paient pas comme convenu, ses officiers les envoient loin de la rivière et détruisent les instruments utilisés pour la recherche.

 

                                       Texte traduit par Massimo Salicchi

 

 

Cette page contient seulement le texte principal: pour regarder toutes les photos, cartes, notes qui la concernent et tous les links menant à d'autres pages, il faut utiliser la page originale.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
     
       

All contents copyright
© 2003--2023 VDA
All rights reserved.
No portion of this service may be reproduced in any form.

Posta in generale: ho sostituito la mia precedente pagina Facebook (si può ancora consultarla, ma non più scriverci) con una nuova in formato Gruppo, la cui iscrizione è assolutamente gratuita e dove potrete inserire domande o argomenti aggiungendo vostri "post", oppure rispondere e dialogare in quelli di altri già presenti. Posta particolare: per dialoghi privati (giornalisti, istituti ecc.) scrivetemi invece qui.

Indicazioni stradali con Google

Puoi collaborare inviando materiale generico o resoconti di esperienze personali: le schede riporteranno il tuo nome  (vedi qualche esempio).

Per la Rete. Oltre alle conseguenze nelle quali spesso s’incorre, tipo intervento da parte di terzi legittimamente interessati (un esempio), copiare o utilizzare contenuti d’altri siti porta quasi sempre a risultati screditanti per il proprio lavoro, soprattutto nel caso il materiale fosse tratto da web ben conosciuti e molto visitati i cui utenti, nel caso appunto ravvisassero (accidentalmente?) il contesto di cui sopra, considererebbero detta scopiazzatura come rivelatore della mancanza di buon gusto oltre che di idee nei confronti del gestore del sito in “odor” di plagio . In ogni caso si tratterebbe di un gesto che, al di la delle apparenze iniziali, non offrirebbe al proprio web alcuno sviluppo positivo per il semplice motivo che non è generato da un’azione costruttiva bensì passiva.  A mio modesto avviso, un sito per risultare interessante deve avere una propria personalità nella scelta dei contenuti e nel modo in cui questi vengono presentati: meglio ancora se caratterizzato da alcune informazioni non  facili da reperire. Altro che copiare da altri siti. Per il cartaceo. Talvolta vengo a sapere che qualcuno ha utilizzato paragrafi del sito nella stesura di qualche suo lavoro su cartaceo (libri ecc.): non mi riferisco certo ai seri scrittori e giornalisti che con una comune richiesta di autorizzazione via e-mail (la concedo sempre, salvo particolarismi) mi appagano anzi di soddisfazione per quanto concerne la mia attività in rete (e ciò mi basterebbe), ma piuttosto alle persone che pubblicano il contesto non solo senza chiedermene per semplice formalità il consenso, ma addirittura senza la buona educazione di citare, nel prodotto finito, il fatto di avere in qualche misura attinto anche dalle mie pagine. Non riporto per esteso le credenziali dei "maldestri autori" dei quali mi sono finora accorto perché ritengo che i loro nomi (e pubblicazioni annesse) non meritino qui di essere "pubblicizzati" in alcun modo, cioè esattamente al contrario e nel rispetto di come invece solitamente mi comporto con tutte le persone che mi contattano in simili circostanze e delle quali in seguito io segnalo appunto con piacere (è nell'interesse informativo del sito) la pubblicazione che li riguarda. Insomma, una questione d'impostazione e correttezza reciproca che tra l'altro può solo agevolare entrambi.