Sito di Zappetta Gialla:  Sezione altre lingue.

Home page del sito   Sommario del sito   Scrivimi in privato

Il s'agit d'une des pages traduites en francais par le collaborateur du Site Massimo Salicchi. (Si tratta di una delle pag. trad. in francese dal collaboratore del Sito M. Salicchi).

 

                              

pubblicazione di Miniere d'Oro(2003) web.Tiscali.it/minieredoro (2004)www.minieredoro(2006 / 2026)

                                          

 

 

 

Sezioni principali di questo Sito:

Oro nel mondo

Miniere d'Italia

La Val d'Ayas

Il deposito di oro alluvionale italiano

Italia fiumi con oro

Imparare a cercarlo

Attrezzi necessari

Pulizia dei minerali

E' oro? e tipi di oro

Le Leggi sulla ricerca

I cercatori d'oro

Storia oro Italia

I minerali in genere

Club, gare e mostre

Pagina guida per ricerche scolastiche

I vostri racconti

Collaboratori e corrispondenti

 

 

 
 
 

Section Ovadese or sur les rivières.          Regarde ici pour ses mines

 

                                       Texte traduit par Massimo Salicchi

 

 

Ici à suivre, quelques articles publiés par les journaux sur l'or du district aurifère de la Vallée Orba / Gorzente.

-----------------------------

  

SUR LE "SECOLO XIX" (1992). C’est possible que la passion des Génois pour les pépites d'or peut être causée par une découverte exceptionnelle survenue par accident il ya plus de cent ans à Monte Loreto (Castiglione Chiavarese). Ici a été trouvée la pépite légendaire "Eldorado", huit cents grammes de métal précieux "pur" qui a fait les gros titres et a déclenché une fièvre de l'or sans précédent.

Ne manque certainement pas d'histoires de chercheurs d'or en Ligurie si semblables dans leur iconographie avec des chapeaux de feutre et Batee, de sueur et le dur labeur et l'espoir, à ceux du légendaire Klondike américain. Est bien connu que jusqu'à ce que les premières décennies des années 1800, les gisements d'or dans la région des lacs du Gorzente ont été exploités commercialement par des entreprises d'exploitation minière britanniques et françaises. Mais les recherches ont été arrêtés par la deuxième moitié de 1800 en raison de la chute verticale de l'or sur le marché et dans de nombreux cas l'épuisement des veines aurifères les plus exploités.

Mais où est l'or à Gênes et la région environnante? "L'or est un peu partout - ils disent au Musée d'Histoire Naturelle du via Brigate Liguria - mais pas en grande quantité. Mais vu le prix actuel de l'or, même les petites découvertes pourraient être intéressants".

Et donc commence la recherche, depuis cette époque jusqu'à nos jours entre les eaux peu profondes et les sables de la rivière Gorzente, du Lavagnina, Erro, Stura, Orba, Leone, du Quiliano, Letimbro e dans tous les cours d'eau où on a signalé la présence de paillettes précieuses même dans ces derniers temps. Pour ceux qui veulent essayer celle qui pourrait être une aventure et un loisir agréable, il sont seulment deux les outils absolument essentiels: la << batea >> (semblable à un poêle ou petit bassin) qui est utilisée pour séparer l'or du sable, et un petit récipient où mettre les paillettes qui nous avons trouvé. L'important c'est puis avoir beaucoup de patience et être disposés à travailler un peu dur.

                                                          Article signé L. Ar.

 

 

SUR LE "SECOLO XIX" (1992). Une grande pépite d'or pesant presque un gramme a été trouvée mardi matin par Martina Giordano, une infirmière de trente-sept ans, qui vit à Sampierdarena, lors d'une sortie au lac Gorzente. Tout s'est passé par hasard. La femme regardait, en pensant à autre chose, dans le fond de sable d'un petit ruisseau dans la zone des lacs du Gorzente et dans le milieu du sable, dans les eaux froides et claires elle voit une pierre dorée: "J'ai été intriguée parce qu'elle brillait - a dit la "chanceuse" - J'ai joué un peu avec cette pierre, puis j'ai appelé mon mari pour lui la montrer. Nous n'avons pas pensé que c'était de l'or, mais seulement un petit morceau de pyrite ou d'autres minéraux. Mais on n'était pas sûrs. Nous sommes allés voir la pierre dans le Musée de Minéralogie de Campomorone. Et quand ils nous ont dit que c'était de l'or, nous avons pensé que nous aurions pu trouver un peu de plus en regardant mieux. Ultérieurs conseils obtenues en suite par un ami bijoutier nous ont donné la certitude qu'il est meme or presque "pur" (90%). Cela signifie que le samedi et le dimanche - l'infirmière essaie de plaisanter - dès que j'aurai terminé de travailler, mon mari et moi revendrions à ce ruiseeau pour chercher de trouver autre or".

Mais il a suffi qui entre-temps la nouvelle s'est propagée, pour commencer la ruée vers l'or. Et sur les montagnes du Gorzente, entre nombreux cours d'eau qui souvent n'ont même pas un nom, les premiers chercheurs se sont précipités munis de Batea, la poêle typique qui est utilisée pour séparer les paillettes d’or du sable. Il n'est pas une nouveauté qui dans les rivières de la région se trouve l'or: les pépites dans le ruisseau Gorzente - dit Nino Sanfilippo, conseiller minéralogie au Muséum d'Histoire Naturelle de Gênes - il ya toujours eté. Même aujourd'hui vous pouvez voir des tas de pierres sur les rives du cours d'eau: sont les restes des lavages médiévales effectués par les prospecteurs de ces temps qui étaient montés jusqu' ici pour chercher fortune. Et, d'autre part, en proximité des cours d'eau environnants à Ovada aujourd'hui même sont organisés des championnats nationaux etc. pour les fans de cette pratique.

 

                                                            Article signé L. Ar.

 

 

SUR LE "SECOLO XIX" (1992). "Or dans les rivières du l'intérieur des terres de Gênes (Genova)? Nous pouvons en trouver beaucoup, il suffit de regarder". La découverte d'une pépite dans un des petits ruisseaux sur le plateau du Gorzente, ne semble pas perturber les experts de minéralogie à l'Université de Gênes. Comme dit le professeur Luciano Cortesogno, <<est simplement une autre confirmation de ce que nous savions déjà. Pépites et paillettes abondent dans les eaux dell'interland – il dit - paradoxalement si une personne ne sait pas quoi faire dans la vie, pourrait prendre la Batea et faire le chercheur d'or par profession et peut-être ne deviendrait pas riche, mais il aurait certainement de manger tous les jours. A' confirmar cette hypothèse - poursuit le professeur Cortesogno - il y a les résultats d'une recherche effectuée en Ligurie au milieu des années soixante-dix: en cette époque, il a été calculé qu'un chercheur - il explique encore - travaillant à temps plein toute la journée, il pourrait gagner plus de dix mille livres par jour, près d'une cinquantaine d'aujourd'hui (souligner du zappetta gialla: les cinquante mille se réfèrent à la date de publication de cet article, c’est à dire les dernières années du dernier millénaire) ". Pas mal aussi pour un travail difficile et aucun calendrier à qui va à la recherche de Pépites. A l'origine de la présence de l'or pur dans les cours d'eau de l'hinterland de Gênes, est un des grands phénomènes géologiques du passé. Tout a commencé à l'Oligocène inférieur en moyenne il ya trente millions d'années, quand dans l'épaisse couche de roches ophiolitiques du sous-sol ont été ouverts de grandes fractures: <<Et à partir de ces fractures - continue Cortesogno - l'évaporation des eaux thermales riches en minéraux a laissé de riches gisements de quartz et pyrite aurifère. Quand ces fractures sont érodées par l'eau  du surface le quartz et  la pyrite se transforment en sable, et les paillettes et les pépites d'or se déposent dans l'eau. La zone de Ovada est riche en or comme en témoignent les résultats documentés: mais aussi dans la zone du Gorzente ne devrait pas manquer ce métal précieux – l'expert conclut - la division administrative ne "reflète" pas celle géologique et entre les deux zones du point de vue du sous-sol il n’ ya pas des différences importantes.

 

                                                           Article signé L. Ar.

 

 

SUR LE "SECOLO XIX" (1992). Un jour de Août par les chercheurs d'or. En plus de deux mille, aidés par une belle journée ensoleillée, ils sont allés à tous les ruisseaux et les rivières de la haute Valpolcevera à la recherche de paillettes d'or pour les montrer avec envie à des amis et collègues de travail. Tous les cours d'eau du Gorzente et environs ont été passées au crible par les employés, les étudiants et femmes au foyer transformées pour l'occasion en chercheurs de pépites. La fièvre de l'or semble avoir frotté un peu tous et quelqu'un est venu à la maison à la fin de la journée apportant quelques souvenirs agréables de métaux précieux. Le protagoniste de cette journée de Août est certainement la "Batea" , c'est à dire la poêle qui sert à séparer les paillettes d'or du sable, et à côté des experts avec leur outils professionnels il y avait aussi quelque apprentis qui voulait vivre l'expérience de la chasse à l'or avec des outils improvisés.

 

 

SUR LE "SECOLO XIX" (1994). Gênes (Genova). Pépites d'or dans les rivières du Tigullio. La nouvelle s'est répandue rapidement, et hier après-midi, beaucoup de gens "improvisés chercheurs d'or", avec une pelle et tamis, ils ont commencé à chercher dans les cours d'eau de la région. Il ressemble presque à une fièvre de l'or qui se répète de nouveau, après la sortie d'un "fort" communiqué par la télévision régionale. Tout commence le jeudi de la semaine dernière à Rapallo, quand un homme d'une quarantaine d'années vient dans l'atelier d'un orfèvre dans Via Magenta, la rue en face de l'hôtel de ville. L'épisode est narré par Edoardo Mariani, de Milan, propriétaire de la boutique artisan. <<L'homme d'une quarantaine d'années, il a sorti de poche de sa veste une feuille de papier à l'intérieur duquel il y avait un fragment de métal jaune. Il m'a demandé si je pouvais l'analyser. Je ne doutais pas : il était or. Il était une pépite d'or presque pur, environ 16-17 carats. Poids de trois grammes et deux pouces de circonférence. Le test du réactif de couleur est resté constante>>.

L'opinion de l'orfèvre satisfait le propriétaire de la pépite qui dit: <<j'ai ramassé trois morceaux identiques dans une rivière de la région: je reviendrai pour l'analyse et pour les vendre>>. Mais le chercheur d'or n'a pas encore retourné. Mais hier, quelqu'un se propager la nouvelle (peut-être le même inconnu) et toute la journée Edoardo Mariani a été assailli par les journalistes, photographes et cameramen. Quelqu'un a demandé de voir la pièce d'or, mais l'orfèvre a répondu : <<Si je l'avais ici, je l'acheter immédiatement; cette pépite est certainement venu par le lit d'une rivière>>. Deffusée de cette manière la nouvelle "a éclaté" la ruée vers l'or. Et rapidement on a deja vu quelqu'un à la recherche de l'or dans les rivières de la région.

 

                                             Article signé Umberto Gambino

 

 

 

                                              Textes traduits par Massimo Salicchi

 

 

 

Cette page contient seulement le texte principal: pour regarder toutes les photos, cartes, notes qui la concernent et tous les links menant à d'autres pages, il faut utiliser la page originale.

 
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

     
       

All contents copyright
© 2003--2023 VDA
All rights reserved.
No portion of this service may be reproduced in any form.

Posta in generale: ho sostituito la mia precedente pagina Facebook (si può ancora consultarla, ma non più scriverci) con una nuova in formato Gruppo, la cui iscrizione è assolutamente gratuita e dove potrete inserire domande o argomenti aggiungendo vostri "post", oppure rispondere e dialogare in quelli di altri già presenti. Posta particolare: per dialoghi privati (giornalisti, istituti ecc.) scrivetemi invece qui.

Indicazioni stradali con Google

Puoi collaborare inviando materiale generico o resoconti di esperienze personali: le schede riporteranno il tuo nome  (vedi qualche esempio).

Per la Rete. Oltre alle conseguenze nelle quali spesso s’incorre, tipo intervento da parte di terzi legittimamente interessati (un esempio), copiare o utilizzare contenuti d’altri siti porta quasi sempre a risultati screditanti per il proprio lavoro, soprattutto nel caso il materiale fosse tratto da web ben conosciuti e molto visitati i cui utenti, nel caso appunto ravvisassero (accidentalmente?) il contesto di cui sopra, considererebbero detta scopiazzatura come rivelatore della mancanza di buon gusto oltre che di idee nei confronti del gestore del sito in “odor” di plagio . In ogni caso si tratterebbe di un gesto che, al di la delle apparenze iniziali, non offrirebbe al proprio web alcuno sviluppo positivo per il semplice motivo che non è generato da un’azione costruttiva bensì passiva.  A mio modesto avviso, un sito per risultare interessante deve avere una propria personalità nella scelta dei contenuti e nel modo in cui questi vengono presentati: meglio ancora se caratterizzato da alcune informazioni non  facili da reperire. Altro che copiare da altri siti. Per il cartaceo. Talvolta vengo a sapere che qualcuno ha utilizzato paragrafi del sito nella stesura di qualche suo lavoro su cartaceo (libri ecc.): non mi riferisco certo ai seri scrittori e giornalisti che con una comune richiesta di autorizzazione via e-mail (la concedo sempre, salvo particolarismi) mi appagano anzi di soddisfazione per quanto concerne la mia attività in rete (e ciò mi basterebbe), ma piuttosto alle persone che pubblicano il contesto non solo senza chiedermene per semplice formalità il consenso, ma addirittura senza la buona educazione di citare, nel prodotto finito, il fatto di avere in qualche misura attinto anche dalle mie pagine. Non riporto per esteso le credenziali dei "maldestri autori" dei quali mi sono finora accorto perché ritengo che i loro nomi (e pubblicazioni annesse) non meritino qui di essere "pubblicizzati" in alcun modo, cioè esattamente al contrario e nel rispetto di come invece solitamente mi comporto con tutte le persone che mi contattano in simili circostanze e delle quali in seguito io segnalo appunto con piacere (è nell'interesse informativo del sito) la pubblicazione che li riguarda. Insomma, una questione d'impostazione e correttezza reciproca che tra l'altro può solo agevolare entrambi.